CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > AC Cobra > L’AC Cobra

L’AC Cobra

samedi 5 janvier 2008, par C&SC

L’AC Cobra était une voiture de sport anglo-américaine des années 60.

Contrairement à ce qu’on pense souvent, elle n’était pas la première à combiner une structure légère (châssis et carrosserie aluminium) de construction européenne avec un gros moteur V8 américain, mais c’est probablement la plus connue.

Ces voitures, avec même de plus gros moteurs, sont parmi les voitures les plus performantes jamais construites.


L’histoire de la Cobra

JPG - 305.2 ko
Cobra

La ligne de l’AC Cobra est reconnaissable

Comme beaucoup de constructeurs automobiles britanniques spécialisés, AC Cars mettait en œuvre le moteur 6 cylindres souple et raffiné construit par Bristol, y compris dans son roadster AC Ace.

Ce moteur était un moteur BMW conçu avant-guerre et on savait bien qu’il était dépassé au début de ces années 60.

En 1961, Bristol décida de cesser sa production et d’employer un Chrysler V8 de 5 litres de cylindrée. On dit souvent à tort qu’AC avait été laissé sans moteur et que c’est l’ancien coureur Caroll Shelby qui avait sauvé la compagnie de la faillite. En réalité, AC avait commencé à utiliser le 2.6 litres Ford Zephyr dans toutes ses voitures avant cela. Shelby envoya une lettre (par avion, ce qui était rare à l’époque) à AC en septembre 1961 pour leur demander s’ils ne pouvaient pas lui construire une voiture capable d’accueillir un V8.

AC Ace L’AC Ace est la base de la Cobra. L’air de famille est évident

Caroll Shelby avait déjà eu l’expérience de ces voitures hybrides anglo-américaines avec une Allard qu’il avait pilotée en course. Il se tourna d’abord vers Chevrolet dans sa recherche de moteur, il essuya un refus car Chevrolet ne voulait pas créer une concurrente à la Corvette. C’était tout l’inverse pour Ford qui, justement, se réjouissait de pouvoir concurrencer la Corvette et avait un tout nouveau « petit » moteur qui pouvait faire l’affaire.

L’étude

De son côté, AC marchait dans la combine à partir du moment où on trouvait un moteur allant dans la voiture.
Ce moteur ce fut effectivement un « petit » moteur V8, un small block de 4.2 litres (260 ci) en alliage spécialement conçu pour les hautes performances.
En janvier 1962, les mécaniciens d’AC Cars à Thames Ditton, dans le Surrey en Angleterre adaptèrent le Ford V8 de 221 ci dans le châssis du prototype CSX2000. Après essais et quelques modifications, le moteur et sa transmission ont été démontés du châssis et celui-ci a été envoyé par avion à Caroll Shelby à Los Angeles le 2 février 1962.
En moins de huit heures un moteur et une transmission ont été montés sur le châssis et un premier essai sur route a été lancé

Caroll Shelby se plaisait à dire que le nom de « Cobra » lui était venu en rêve !

La production

En tous les cas, la production se révéla facile car AC avait déjà effectué presque toutes les modifications nécessaires à l’installation du V8 « small block » quand ils avaient monté le Ford Zephyr 2.6 litres à l’essai.

En fait, la refonte de tout l’avant de l’AC Bristol, souvent attribuée à Shelby, avait été faite par AC pour le Ford Zephyr.

La modification la plus importante était la mise en place d’un différentiel plus solide à l’arrière pour pouvoir accepter la puissance du V8. C’est un différentiel Salisbury 4HU à freins à disques intégrés (afin de réduire le poids) qui a été choisi à la place du vieil ENV. C’était le même que sur les Jaguar Type E. Sur les versions de série, les freins à disques ont été mutés en version externe afin de réduire les coûts.
En bref, l’avant de la nouvelle Cobra était entièrement de conception AC en dehors du siège de la boîte de vitesse qui avait dû être déportée pour faire de la place au V8.

AC Cobra Mark I
Les 75 premières Cobra Mark I (y compris le prototype) ont été équipées du moteur 260 de 4.2 litres. Les 51 autres mark I ont reçu une version étoffée du moteur V8 Ford Windsor 289 (4.7 litres).

AC Cobra Mark II
Vers la fin de 1962, Alan Turner, l’ingénieur en chef chez AC, termina une modification majeure de l’avant de la voiture qui permit d’installer une direction à crémaillère tout en gardant les suspensions par ressorts à lames.

JPG - 275.9 ko
Cobra MkII

AC Cobra MkII

Cette nouvelle voiture entra en production au début 1963 et reçut le nom de Mark II. La direction était empruntée à la MGB et la nouvelle colonne de direction venait de la Coccinelle Volkswagen.
La production de ces 528 Cobras Mark II s’étendit jusqu’à l’été 1965. Dès 1963, les Cobras à suspensions à lames commencèrent à perdre leur suprématie en course et Caroll Shelby tenta d’adapter un gros moteur Ford FE de 390 ci. Ken Miles eut le privilège de conduire cette voiture en course et la trouva impossible à conduire, l’appelant même « la crotte ». En fait il fallait un nouveau châssis si on voulait un gros moteur, ce serait la Mark III.

AC Cobra Mark III
Cette nouvelle voiture avait vu l’implication beaucoup plus directe de Ford. L’idée de la course et de ses retombées commençait à faire son chemin pour la firme de Detroit.

Un tout nouveau châssis avait été construit avec des tubes principaux de 10 cm de section au lieu de 7,5 cm et des suspensions à ressort aux quatre roues. Cette nouvelle voiture avait aussi des ailes plus larges et une ouverture de calandre plus généreuse. Tout cela était nécessaire pour loger le nouveau moteur Ford 427 (7.00 litres) qui développait 425 cv (317 kW) et permettait une vitesse de pointe de plus de 260 Km/h pour le modèle standard et 485 cv (362 kW) avec une vitesse de pointe de 290 km/h pour le modèle compétition.

JPG - 275.1 ko
Cobra MkIII

AC Cobra MkIII

La production de la Cobra Mark III commença le 1er janvier 1965.
Deux prototypes non terminés avaient été envoyés aux USA en octobre 1964 pour être finis dans les ateliers de Shelby. Malgré ses atouts impressionnants, la voiture fut un échec commercial et se vendit mal. Pour tenter de sauver les meubles, des voitures de route à moteur moins « pointu » et moins coûteux ont été construites sur cette base.
Trois cents Cobra Mark III ont été envoyées à Shelby pendant les années 1965 et 66, toutes versions confondues.

La série limitée AC 289

Vingt-sept voitures équipées du « small block » 289 ont été réservées à l’Europe.

Trente et une voitures de compétition invendues avec leur moteur de 427 ci ont été « civilisées » pour devenir des voitures de route et ont été appelées S/C pour semi-compétition.
Aujourd’hui ces voitures mythiques sont les plus rares et les plus recherchées des Cobras de série et peuvent atteindre le million et demi de Dollars.

L’AC Cobra et la course

La Cobra Mark III n’a pas pu être homologuée pour la saison 1965, mais elle a couru et gagné de nombreuses courses au sein de l’écurie Shelby ou aux mains de pilotes privés jusque dans les années 70.

JPG - 332.6 ko
Cobra 289 Le Mans

Une AC Cobra 289 comme on a pu en voir au Mans

L’AC Cobra a eu une grande histoire en courses automobiles. Caroll Shelby voulait que sa Cobra soit la tueuse de Corvettes et avec presque 230 Kgs de moins que la Corvette elle avait de quoi justifier son titre. On peut même avancer que ce sont ses performances et la trop grande popularité de la Cobra qui ont contribué à la mise en place des limites de vitesse sur route en Grande-Bretagne. Les pouvoirs publics, eux, alléguaient du taux de mortalité sur la route au début des années 60 pour justifier cette décision.
Une AC Cobra avait tout de même été chronométrée à 298 Km/h sur l’autoroute M1 avec Jack Sears et Peter Bolton au volant en 1964 dans le cadre de leur préparation aux 24 heures du Mans. Heureuse époque que celle où on faisait ses essais de course sur le réseau routier !

La fin de l’histoire

Malgré ses succès en course, l’AC Cobra était un échec financier qui conduisit Caroll Shelby à cesser l’importation de voitures de Grande-Bretagne en 1976. AC Cars continua à construire des AC à ailes étroites munies d’un moteur 289, c’était l’AC 289 qui se vendit en Europe jusqu’en 1969.
AC construisit aussi l’AC Frua jusqu’en 1973. C’était une voiture basée sur un châssis de Cobra 427 avec une carrosserie très élégante dessinée par Pietro Frua.
Après la défection de Frua, AC commença à construire des voitures de moindre qualité et fit faillite à la fin des années 70.

Les outillages et le droit d’utiliser le nom ont été repris par Autocraft, un revendeur de pièces détachées Cobra et constructeur de répliques dirigé par Brian A Angliss. Autocraft fabriquait, en particulier, un dérivé de l’AC 289 qu’ils appelaient la Mark IV. En fin de compte, Caroll Shelby poursuivit Autocraft en justice et un accord aboutit à la reconnaissance par Angliss de la paternité de Caroll Shelby sur les AC Cobra américaines des années 60.

Quoi qu’on en dise, c’est tout de même AC Cars en Angleterre qui a fabriqué toutes les Cobra, Shelby ne faisant que les importer et leur donner leur forme finale.

A l’heure actuelle

La compagnie de Caroll Shelby, la Shelby Automobiles, Inc. continue de fabriquer trois types de Cobra, la 289, la FIA 289 et la 427 S/C dans ses usines de Las Vegas. Ces voitures ont l’allure de leur ancêtre des années 60 mais avec des équipements modernes.

La Viper
L’AC Cobra a une sorte de descendante avec la Viper, elle aussi une enfant de Caroll Shelby, née d’une coopération avec Chrysler Corporation entre 1989 et 1991.
Quant à Shelby seul il a créé la Series 1, un dérivé de l’Oldsmobile Aurora. La Viper et la Series 1 sont réellement considérées comme les héritières de la Cobra le style étant plutôt allé à la Series 1 et la motorisation brute et agressive à la Viper.

JPG - 202.8 ko
AC Cobra + Shelby

Caroll Shelby de nos jours et une Cobra

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette