CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Citroën > La Traction Avant

La Traction Avant

samedi 12 janvier 2008, par C&SC

La Citroën Traction Avant a été LA voiture de l’immédiat avant et de l’après-guerre en France.

Traction Avant est un pléonasme puisque traction et avant signifient tous les deux que la force du moteur est transmise aux roues avant qui tirent la voiture alors que des roues motrices arrière font de la voiture une propulsion.



Traction Avant 1934

Une ligne reconnaissable entre toutes

Généralités

La Traction a été produite de 1934 à 1957

La traction suivait la Citroën Type C
Elle a été remplacée par la Citroën DS
La Traction a existé dans toutes les carrosseries : berline, coupé, cabriolet, limousine et même commerciale.

Coupé Traction

Même en Coupé, la Traction a de l’allure

L’ensemble du design de la voiture est assez caractéristique et reconnaissable pour qu’elle ait été immédiatement reconnue et qu’elle reste facilement reconnaissable, même si elle était déjà démodée en 1955.

Les moteurs disponibles
1.3 L 4 cylindres
1.9 L 4 cylindres
2.9 L 6 cylindres

La Traction (dire Traction avant est un pléonasme, les voitures pour lesquelles la force du moteur s’applique sur les roues arrières sont des propulsions) a bénéficié de la vision avant-gardiste de André Citroën, mais elle a été conçue par André Lefèbvre.

JPG - 25.3 ko
Traction 15-6 Limousine 1954

La Traction s’est déclinée dans toutes les carrosseries, ici une Limousine

La production s’est étendue de 1934 à 1957, quelques modèles ayant encore été produits après la sortie de la DS Citroën en 1955. La production totale a été de 760.000 exemplaires.

Conception

La conception de la voiture date de 1933. La mécanique est d’André Lefebvre, la carrosserie est de Flaminio Bertoni.
La Traction a été la première voiture à roues avant motrices produite en série. Cord, aux USA, avait sorti la L9 à roues avant motrices en 1929, mais la production totale n’avait été que de 4000 exemplaires lors de son arrêt et 1932.
L’autre innovation de cette voiture résidait dans l’emploi d’un châssis-coque, la Traction était une monocoque alors que la majorité des autres voitures de l’époque était des carrosseries montées sur des châssis séparés. La voiture était plus légère et l’absence d’arbre de transmission autorisait aussi une construction plus basse.
A l’époque, beaucoup décriaient la construction monocoque en l’accusant de fragilité. André Citroën développa une sorte de crash-test primitif en précipitant une voiture d’une falaise.

Mécanique

Sur le plan mécanique, la Traction était aussi très en avance sur son temps.
La Traction avait une suspension avant indépendante avec barre de torsion et triangles alors que la règle des voitures de l’époque était plutôt à l’essieu rigide et aux ressorts à lames. La suspension arrière était plus conventionnelle.
Le freinage hydraulique, la synchronisation de 2ème et 3ème vitesses et la direction à crémaillère (à partir de 1936) complétaient le tableau.

La Traction utilisait une disposition longitudinale des éléments moteur avec la transmission en avant du différentiel et du train avant, le moteur flottant, monté sur silent-blocks, était un peu reculé ce qui améliorait l’équilibre et la tenue de route de la voiture.
Cette disposition a été reprise plus tard sur les DS et SM. 

La légéreté de la voiture lui permettait une vitesse de pointe de 100 Km/h pour une consommation de 10 l/100 Km, des chiffres bien meilleurs que ceux des voitures de la concurrence.

Les diverses Tractions Avant

Les dénominations dérivaient de la puissance fiscale française de l’époque.

La 7
La première Traction, la 7A, était une quatre cylindres de 7cv fiscaux, avec son moteur de 1303 cc. Elle a été suivie par la 7B et la 7C de respectivement 1529 et 1628 cc.

La 11
La 11 (11 cv fiscaux) était une quatre cylindres de 1911 cc. La 11 existait en deux versions : la 11 légère sur la même base que la 7 et la 11 normale avec un empattement un peu plus grand.

La 15
La 15 (15 cv fiscaux) était une six cylindres de 2867 cc.

Citroën prévoyait deux autres variantes qui ne virent jamais le jour autrement que sous forme de prototypes : une version à transmsission automatique et une 8 cylindres de 22 cv.

A côté du modèle berline, il y a eu un coupé, un cabriolet, une limousine et une commerciale qui connut deux versions en 1939 (hayon en deux parties) et en 1954 (hayon unique).

Cabriolet 15-6

Une place généreuse à l’avant

Le levier de changement de vitesse émergeait du tableau de bord au sein d’une grille verticale en forme de H avec un astucieux dispositif de verrouillage du levier pour les positions hautes afin d’éviter le désangagement quand le moteur était en prise.

Sans tunnel de transmission ni de levier de vitesse, la place à l’avant était très vaste.

La vie de la Traction Avant

Les Tractions en conduite à gauche étaient construites à Paris et à Forest en Belgique alors que les conduite à droite (RHD) étaient construites à Slough en Grande-Bretagne.

En Grande-Bretagne, pour des raisons de classification fiscale différente de celle de la France, la “11” était étiquetée “15HP” et la “15” portait le nom de “Big Six” en raison de ses 6 cylindres. Cette “Big Six” avait les sièges en cuir et les boiseries usuelles aux voitures de haut de gamme vendues en Grande-Bretagne. Elle avait aussi un système électrique 12 volts et quelques différences esthétiques par rapport aux autres modèles.

JPG - 46 ko
Cabriolet 11 1937

Une allure franchement sportive et distinguée en cabriolet

La Traction a été un succès technologique et commercial, mais les coûts de développement avaient été si élevés que Citroën se retrouva en faillite en 1934.
C’est Michelin qui était le principal créancier et Citroën resta propriété de Michelin jusqu’en 1976. Ce sont naturellement les voitures de la marque qui servirent de bancs d’essai pour les innovations techniques en matière de pneu.

En 1954, la “15H” était une variante à suspension hydropneumatique qui préfigurait ce qui se retrouva sur la DS l’année suivante.

La production de la Traction cessa en 1957, deux ans après le lancement de la DS. Le chiffre de production précis atteignit 759.111. Ce chiffre peut paraître assez modeste, mais il reflète la chute des ventes liée à la seconde guerre mondiale.


JPG - 34.7 ko
11 Commerciale 1939

La traction a même connu des versions plus "utilitaires"


En 1955, une autre innovation Citroën se fit une place prédominante dans le Paysage Automobile Français : le DS. Elle employait, à l’origine, le même moteur de base que la Traction.

La Traction et le cinéma

La Traction est en général un acteur de complément habituel des films de la seconde guerre mondiale que ce soit conduite par des résistants ou des agents de la Gestapo en manteau de cuir noir.
Dans l’immédiat après-guerre, la Traction était aussi bien la voiture des truands que celle de la police, les premiers attirés par la facilité de vol et les deux rendant ainsi hommage aux qualités routières de cette auto.

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette