CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Porsche > La Porsche 356 (1948 - 1965)

Avant la 911 et la 912

La Porsche 356 (1948 - 1965)

Caractéristiques et Guide d’achat.

vendredi 9 février 2007, par C&SC

Le début de la légende.

La Porsche 356 a été la première voiture siglée Porsche. Elle a été construite de 1948 à 1965.

Ancêtre de la 911, elle utilisait déjà les recettes éprouvées sur la Coccinelle.


La première Porsche

Son créateur, Ferdinand Porsche, créateur de la Coccinelle, avait aussi dessiné la Type 64 avant la guerre et aussi la « Numéro 1 », une voiture à moteur central qui serait alors la première Porsche.

La 356 est, en réalité, une création de Ferdinand “Ferry” Porsche junior, fils de Ferdinand Porsche, fondateur de la société.

Comme son ancêtre, la Coccinelle Volkswagen, la 356 était une propulsion à moteur arrière 4 cylindres à plat refroidi par air. La mécanique (moteur, châssis, suspension) était dérivée directement de la Coccinelle, mais la carrosserie avait été dessinée par Erwin Komenda. Les premiers prototypes de 356 étaient en aluminium, mais la production se fit en acier.

La première Porsche 356 sortit des chaînes le 8 juin 1948. Les pièces étaient essentiellement des pièces VW, pour des raisons économiques. Porsche améliora rapidement ces autos dans un but de performance, ce qui fait qu’à la fin des années 50 les parties communes aux deux marques étaient rares.

Peu remarquée lors de son lancement, la 356 eut un succès grandissant dans les années 50, des deux côtés de l’Atlantique en raison de ses qualités aérodynamiques exceptionnelles, sa tenue de route et la qualité de sa construction. On conduisait les 356 dans la semaine et on courait avec le week-end.

Les bases de la voiture restèrent les mêmes pendant toute sa « vie » et elle fut produite en coupé, cabriolet et Speedster.

Il y en a eu plusieurs modèles de Porsche 356 au cours des années :

• 356 pré-A : 1948-1955

7,627 exemplaires

C’est la première voiture de sport développée et produite par Porsche et vendue sous le nom de Porsche. Elle fut disponible dès le début en version coupé et cabriolet.

• 356 A : 1956-1959

356 A 356 A

21,045 exemplaires

C’est le second modèle de 356. Il fut disponible tout le long de sa production en version coupé, cabriolet et Speedster/Convertible D.

• 356B : 1960-1963

356 B roadster 356 B

30,963 exemplaires

• 356C : 1964-1965

JPG - 139.4 ko
356 C

Coupé 356 C

JPG - 124.3 ko
356 C cab

Cabriolet 356 C

16,668 exemplaires

La dernière version, la 356C, avait des freins à disques et deux motorisations, dont le moteur « SC » de 95cv, le plus puissant produit par Porsche à l’époque.

Le Speedster fut inclus dans la gamme quand Max Hoffman (voir sa biographie), le seul importateur US, informa la compagnie qu’il y aurait place pour une voiture découverte moins chère sur le marché américain. Avec son pare-brise bas (amovible pour courir le week-end), des sièges baquet et une capote minimale, le Speedster fut un succès immédiat, en particulier en Californie du sud. La production culmina en 1957 avec 1.171 unités. Il fut remplacé en 1959 par le cabriolet modèle D qui avait un pare-brise plus haut, des vitres latérales plus pratiques et des sièges plus confortables.

La production totale de 356 culmina à 14.151 voitures en 1964, l’année de la sortie de la 911. La 356C continua à se vendre en 1965 car la demande de ce modèle était forte dans les premiers jours de la 911. La production totale s’établit à 76,303 exemplaires.

La 912

A la sortie de la 911, certains clients, surtout aux USA, se retrouvèrent désorientés par le changement de gamme et le passage aux 6 cylindres alors qu’ils appréciaient la simplicité et la fiabilité du "flat four".
La 911 était aussi sensiblement plus chère que la 356.
C’est ainsi que le 4 cylindres poussé de la 356 se retrouva dans un modèle d’entrée de gamme de la série des 900, la « 912 » qui a été produite de 1965 à 1969 en réponse aux clients qui trouvaient la 911 trop chère (deux fois le prix d’une 356).

912 Coupé 912


Cependant, avec un moteur moins lourd et un porte-à-faux arrière moins important le train avant était moins délesté que sur les premières 911 et la tenue de route était meilleure.
Les premières 912 avaient, comme la 356, un tableau de bord à 3 cadrans. Les plus tardives avaient 5 cadrans, comme les 911.

La 912 bénéficie de la ligne et du châssis des premières 911 pour un prix bien moindre, mais c’est aussi un avantage pour les collectionneurs s’ils ne s’attachent pas aux performances et à la sonorité du flat six.
Les premières 912 avaient, comme la 356, un tableau de bord à 3 cadrans. Les plus tardives avaient 5 cadrans, comme les 911.

Pour approfondir

- Pour mieux connaître les 912 : Un site personnel très bien fait et très complet, en particulier en ce qui concerne la documentation, la technique et les conseils de restauration, mais sans aucune austérité.
Lien Internet.

- Les Clubs Porsche
Voir l’article "Les Clubs".

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette