CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Fiat > La FIAT 500

Une icône à l’état pur

La FIAT 500

Caractéristiques et Guide d’achat

mardi 3 juillet 2007, par C&SC

La 500 a été produite de 1957 à 1975.

Véritable icône, elle a été élue voiture la plus sexy du monde en 2006 par Top Gear, l’émission automobile de la BBC.

Comme d’autres icônes automobiles avant elle (Coccinelle, Mini...), elle renaît en 2007.


Fiat 500

Un dessin d’une parfaite simplicité

La 500 (cinquecento en italien) a été produite de 1957 à 1975 (à l’exception de la K qui a été produite jusqu’en 1977).
La 500, comme d’autres voitures, avait été appelée « pot de yaourt » en France. Elle reprenait l’appellation d’une précédente FIAT d’avant-guerre, la Topolino (Mickey), vendue en France par SIMCA sous le nom de Simca 5.

Sortie en tant que « Nuova 500 », cette petite voiture bon marché (aucun chrome et des vitres fixes à l’origine) avait été imaginée comme une solution à la congestion des villes italiennes. Avec ses 2,97 m de long et son moteur bicylindre refroidi à l’air de 479 cm3, la 500 aurait réellement mérité l’appellation de microcar. Une petite voiture urbaine destinée à transporter sans préoccupations particulières de sécurité avec une structure légère et sans ceintures de sécurité.

Historique

Cette voiture était destinée à répondre aux demandes du marché de l’après-guerre qui voulait de petites voitures économiques. Il y en eut d’autres des petites voitures à moteur arrière : la Coccinelle de Volkswagen ou la 4 chevaux de Renault par exemple. Ce concept a donc eu un certain succès, mais seule la “500” a été reprise par d’autres firmes. Elle a été présentée le 4 juillet 1957.

Malgré ses petites dimensions, la 500 se révélait très pratique et eut beaucoup de succès dans l’Europe entière. En dehors de la carrosserie de base à deux portes et 4 places (un coach plus qu’un coupé), on trouvait la Giardiniera, une sorte de commerciale ou de break. Sur cette variante le moteur était monté transversalement sous le plancher arrière et l’empattement était allongé de 10 cm (ce qui permettait des places arrière plus utilisables), un toit ouvrant total et des freins plus gros.

La production de la 500 ne prit fin qu’en 1975 alors que sa remplaçante, la 126, avait déjà été lancée deux ans plus tôt. La Fiat 126 n’eut jamais le succès de la 500 en Italie ni en Europe de l’ouest, mais elle fut très appréciée dans les pays de l’ancien bloc de l’est en raison de sa fiabilité et de la robustesse de ses éléments mécaniques.

Les modèles

Fiat produisit six modèles de 500

La Nuova (1957-1960)

La première 500

La première 500 avait un plus petit moteur que tous les nouveaux modèles de l’époque et une puissance de seulement 13CV qui autorisait une vitesse de pointe de 85 km/h. Ce premier modèle avait, tout comme les premières 2CV, un toit souple en toile qui se repliait jusqu’à l’arrière de la voiture ; les modèles suivants avaient un toit ouvrant souple sur la moitié du toit. Elle avait aussi des « portes suicide » qui s’ouvraient vers l’avant.
Une version sport de 499.5 cm3 était aussi au catalogue avec une puissance impressionnante de 21CV pour le même bloc moteur réalésé.

La 500 sport avec sa bande rouge

Ces versions sport étaient toutes blanches avec une bande rouge. Elles vibraient autant que les autres et n’étaient pas plus insonorisées.

La 500 D (1960-1969)

500 D

La 500 D a remplacé la Nuova en 1960 et lui ressemblait beaucoup avec cependant deux différences majeures portant sur le moteur et le toit. Le moteur de 499 cm3 pour 17CV resterait celui de toutes les 500 jusqu’à la fin de la série L en 1973. Le toit ne s’ouvrait plus totalement jusqu’à l’arrière de la voiture, mais seulement au-dessus des sièges avant . Mais les « portes suicide » restaient.

La 500 K, la Giardiniera (1960-1977)

La Giardiniera, le break 500

La Giardiniera, la version break de la 500, a été le modèle qui a été le plus longtemps en production. Au lieu d’être totalement à l’arrière, le moteur était installé sous le plancher arrière pour créer une surface de chargement. Sur ce modèle, le toit ouvrant va aussi jusqu’à l’arrière. La conjonction de la surface de chargement et du toit ouvrable total rend cette voiture très pratique pour transporter les objets très longs. La Giardiniera a aussi des "portes suicide" et elle va être la seule à garder cette particularité jusque dans les années 70.

La 500 F, Berlina (1965-1972)

La 500 F, les portes ne sont plus des "suicides"

La F est à cheval sur deux périodes de production de la 500, elle a été vendue en même temps que la D et la L. Et du coup, c’est le modèle qu’on confond le plus. De 1965 à 1969, la F porte le même badge que la D, mais les modèles se distinguent par leurs portes : suicide pour la D et normales pour la F. De 1969 à 1972, la F était vendue comme le modèle de base alors que la L (Lusso) était mieux équipée. Sur le plan mécanique elles étaient identiques, mais la D avait moins de chromes et un intérieur similaire aux premières 500.

La 500 L ou Lusso (1968-1972)

Le tableau de bord ’Luxe’ de la ’Lusso’

L’avant-dernier modèle de la gamme, la L pour “Lusso” (Luxe en italien) vit une modernisation de l’intérieur. Modifications stylistiques et de confort firent passer la 500 des années 50 aux années 70.

La 500 R or Rinnovata (1972-1975)

Le tableau de bord de la R était dépouillé

Le dernier avatar de la 500, la R, était sans discussion le meilleur modèle de la série. Le moteur était un 594 cm3 qui donnait 23 CV et 100 km/h avec la boite non synchronisée de la F.
Elle était plus confortable, plus simple mais moins équipée que les autres. Il n’y avait pas de jauge d’essence, mais juste un voyant d’alerte d’essence. A la sortie de la 126 qui reprenait le même moteur, les ventes de la 500 s’effritèrent et même si elle resta au catalogue pendant encore deux ans, FIAT prit la bonne décision de la retirer du marché en 1975.

Mécanique et chiffres

- 2,97 m de , 1,32 m de haut
- moteur bicylindre vertical refroidi à l’air de 479 cm3, 499 et 594 cm3
- freins à tambour hydrauliques
- suspensions indépendantes sur les 4 roues

Production
- 3.392.941 exemplaires
- 327.000 Giardiniera

Les dérivés

De nombreux constructeurs ou carrossiers se sont intéressés à la 500 en lui apportant des modifications mécaniques ou stylistiques : Abarth, Bertone, Autobianchi, Frua, Ghia, Pininfarina, Zagato pour ne parler que des plus connus.

Les 500 produites hors d’Italie

La 500 a aussi été produite ailleurs qu’en Italie (souvent à cause de droits de douane)

- en Allemagne : Fiat Neckar a fabriqué plus de 6.000 Autobianchi Panoramica dérivées de la Giardiniera, de 1959 à 1962.

- en Autriche : Steyr-Puch produisit 57.834 exemplaires de Fiat 500, de 1957 à 1972.

La Topolino

L’ancêtre de la 500

Quelques liens

LE site de référence... cliquez ici

Et la Picola Scuderia Fiat

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette