CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Austin > Austin Mini

Austin Mini

Caractéristiques et Guide d’achat

jeudi 1er février 2007, par C&SC

Pour beaucoup la Mini, la vraie, celle de BMC, puis de British Leyland, c’est le raccourci de l’Angleterre des années 60.

Voiture anglaise la plus vendue au monde, elle a constitué une réelle innovation.


logo Austin

- La Mini originale 1959-2000

Mini MkI

Dessinée en 1959 par Alec Issigonis (voir sa biographie), l’Austin 7 et la Morris Mini Minor (appellations en Grande Bretagne) ont introduit un concept totalement nouveau dans la création automobile. En France, elle s’appelait "Mini Morris".

Immédiatement les deux voitures ont été appelées « Mini » et ont semblé capturer l’esprit des « swinging sixties ». Ces voitures cassaient la barrière des classes qui régnait plus que partout ailleurs dans le milieu convenu de la voiture en Angleterre. Tout le monde voulait avoir et conduire une Mini.

Les premières Minis avaient un démarreur au plancher, des fenêtres coulissantes, des portes avec charnières apparentes et la suspension hydropneumatique révolutionnaire d’Alex Moulton (les toutes premières, jusqu’en 1964, avaient, une suspension par cônes de caoutchouc). Le moteur série-A de 848 cc était monté transversalement et actionnait les roues avant. La boite de vitesses partageait le carter moteur.

Cette Mini MkI est la plus recherchée des puristes.

- Mini MkII

Lancée en 1967 la mini MkII apportait quelques améliorations à la gamme. La calandre gardait sa forme générale à lames horizontales, mais prenait une forme plus anguleuse, les feux arrières devenaient carrés et la vitre arrière, plus grande, permettait aussi de faire la différence.

Sur le plan mécanique, peu de changement en dehors d’un plus gros moteur de 998cc qui s’ajoutait au 848. Il y avait donc en parallèle la 850 et la 1000. La MkII ne dura que 2 ans avant l’arrivée de la MkIII avec des vitres montantes à manivelle en 1969 qui sonnait aussi le glas de la double dénomination Austin / Morris. D’autres marques du groupe BMC (British Motor Corporation), puis British Leyland commercialisèrent des Minis ou des dérivés.

On eut droit à des versions commerciales (minivan) et des Break Bois (estate) assez recherchées actuellement.

Break Bois

Voir un exemple de restauration de break

- Mini MkIII

Il y eut ensuite une MkIII et ses suivantes, et de nombreuses séries spéciales (British Open, Mayfair, séries anniversires etc…), difficiles à détailler dans ce court aperçu pendant la longue vie de la Mini. Des Minis, il y en eut plus de 5 millions de produites.

- Cooper 1000

Quand Issignis dessina la Mini, il n’avait certainement pas pensé à un avenir sportif, ni que ce serait un atout important pour les ventes. La mini ne devait être, ni plus ni moins, qu’une voiture économique destinée à faire les courses, ce qu’on appellerait plus tard un city car. Heureusement pour les passionnés, le concepteur de voitures de courses John Cooper repéra très tôt les potentialités de compétition de la Mini, en particulier une tenue de route exceptionnelle liée à un châssis carré avec les roues à chaque angle. La Mini Cooper naquit en 1961.

La Cooper était vendue sous les deux badges Austin et Morris avec les aménagements « Super » et le fameux toit en couleur contrastée qu’on retrouve encore dans les productions récentes siglées « Cooper ». Les Coopers avaient des doubles carbus SU, des freins à disques et une boite à rapports courts. La Cooper MkI était motorisée par un 997cc série-A et reçut le plus coupleux 998cc en 1964. La Cooper subit les modifications de la MkII en 1967.

Mini MkIII

- Mini Moke

A l’origine conçue dans le but réel de fournir une « Jeep » à l’armée britannique, la Moke servit surtout pendant de nombreuses années dans le civil et, comble de l’ironie, à transporter plutôt des anti-militaristes. Récusée par les militaires à cause d’une trop faible garde au sol, le Moke connut une grande popularité dans le monde » entier comme voiture de loisirs (assez) bon marché pour pays chauds.

Dire que la Moke était de construction simple est un euphémisme. Il n’y avait ni portes ni toit, mais elle pouvait transporter 4 personnes dans sa caisse en forme de receveur de douche. C’est toute une gamme de moteurs de série-A qui se logèrent dans la Mini Moke : 848cc, 998cc, 1098cc et 1275cc. La production commença en 1964, fut délocalisée en Australie et enfin au Portugal. En fin de comptes c’est près de 50.000 exemplaires qui ont été produits jusqu’en 1992.

Mini Moke

Une mini maintenant ?

Ces autos sont encore courantes, ludiques et les pièces sont assez faciles à trouver. Globalement elles ne coûtent pas très cher et sont une bonne façon de commencer avec les voitures anciennes. Une bonne Cooper précoce et bien entretenue peut cependant valoir cher et, dans tous les cas, c’est la rouille qui doit être une des préoccupations majeures de l’acheteur. Pour les breaks bois l’état de la menuiserie est loin d’être sans importance.


Le Club Mini France se trouve là


Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette