CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Jaguar > Jaguar XJ, XJ6 et XJ12

Jaguar XJ, XJ6 et XJ12

Caractéristiques et Guide d’achat

vendredi 2 février 2007, par C&SC

La XJ a été le vaisseau amiral, la seule berline de la marque Jaguar pendant près de trente ans.
Avant elle il y a eu les grosses berlines (MkVII, MkVIII et MkIX, puis MkX et 420), les petites (Mk1 et Mk2), puis les moyennes (Type S) et depuis quelques années, il y a aussi la Type S et la Type X, à côté des dernières génération de XJ.

Logo Jaguar

La série des XJ est née en 1968. Elle est encore commercialisée. Nous ne parlerons ici que des trois premières séries XJ6 et XJ12 qui, comme d’habitude chez Jaguar, ont été intitulées série I, série II et série III. l’histoire s’est continuée jusqu’en 1990.

Les XJ étaient des six ou douze cylindres, nommées donc XJ6 et XJ12.

La série I

Cette nouvelle berline était attendue depuis longtemps dans la gamme Jaguar. Elle utilisait, elle aussi, le moteur 6 cylindres XK 4.2 litres et (taxes européennes obligent) une version 2.8 litres a aussi été commercialisée. La lignée des XJ6 commençait. Le 4.2 litre était une unité sophistiquée développant 245 ch et offrant un excellent niveau de couple et de silence bien que la consommation laissât à désirer. Beaucoup considéraient alors (et continuent à penser) que le 2.8 était insuffisant pour mouvoir cette lourde voiture, il y avait aussi des problèmes de fiabilité. Pour certains ce moteur 2.8 litres était “le plus mauvais moteur jamais construit par Jaguar”.

XJ 6

La grâcieuse et nouvelle carrosserie avait toutes les caractéristiques qu’on pouvait attendre des légendaires studios de design de Sir William Lyons. L’intérieur offrait des aménagements luxueux et les équipements mécaniques de série comprenaient une direction assistée et le choix entre une boite automatique ou mécanique avec overdrive. Une version encore plus luxueuse était commercialisée sous le badge Daimler avec l’entourage de calandre cannelé typique de la marque.

La série I a été remplacée en 1973 par la série II. Les bonnes séries I sont recherchées actuellement.

La série II

Etait un rajeunissement avec une carrosserie plus fine, une calandre plus basse associée à une prise d’air au dessous du pare-choc, de nouveaux phares et un intérieur revu. Dès le début une version courte et une version allongée étaient disponibles, mais à partir de 1975 toutes les voitures étaient en châssis long.

Le moteur 2.8 n’était disponible qu’à l’export et à côté du 4.2 un 3.4 litre apparut en 1975.

Jaguar modernisa son vaisseau amiral XJ12 en 1973 et y apporta les mêmes modifications stylistiques qui avaient été faites sur la gamme six cylindres. Ces modifications comprenaient la standardisation du châssis long qui était optionnel sur les voitures de série I ce qui signifiait une amélioration de la place pour les passagers. Ce moteur V12 de 5.3 litres développait 285 chevaux et permettait une vitesse de pointe de 240 km/h et une consommation gargantuesque qui allait avec.

XJ

Chez Daimler la V12 était nommée Double-Six.

Cette période des années 70 a été marquée par le passage de Jaguar sous le contrôle de l’empire British Leyland et s’est accompagnée d’une baisse importante de la qualité et de la fiabilité. Le remplacement de la série II devenait nécessaire en 1979. Les séries II commencent enfin à avoir une certaine cote en collection, mais souffrent toujours de la mauvaise image “BL”.

Le coupé XJC

En 1975 Jaguar prit la décision de commencer la production d’un élégant coupé deux portes nommé XJC deux ans après sa présentation à la presse et au public. Basé sur le châssis court, il s’agissait d’une astucieuse carrosserie à vitres latérales sans pilier central, ce qui n’allait pas cependant sans certains bruits aérodynamiques. Ce modèle ne fut produit qu’avec le moteur XK 4.2 litres. Tous les équipements électriques habituels étaient de série et il y avait aussi un très élégant toit recouvert de Vinyl qui aidait aussi à minimiser visuellement l’épaisseur du pilier arrière.

XJ

Une XJC 5.3 était aussi proposée avec le moteur V12 de 5.3 litres, elle avait les mêmes performances que la berline et la même consommation d’essence !
Malheureusement ce joli coupé Jaguar a souffert comme les autres autos de cette période de la mauvaise qualité de construction British Leyland et il fut retiré de la gamme après seulement deux ans de production. Moins de 2000 exemplaires de la V12 furent produits.

La série III

Jaguar lança sa version finale de la XJ6 en 1979, la XJ6 série III.

Jaguar confia à Pininfarina le soin de restyler la voiture et de donner un aspect plus moderne à ce dessin qui avait maintenant onze ans.
On peut dire que le coup de crayon était réussi et la série III ne renie en rien les créations de William Lyons.

XJ

La série III avait des surfaces vitrées plus importantes et des lignes plus fluides que les vieilles séries II. La calandre était moins haute avec des fanons verticaux, les pare-chocs de caoutchouc étaient en une pièce et les feux arrières étaient plus grands.

La série III était commercialisées avec le choix habituel entre les moteurs XK de 3.4 ou 4.2 litres, en boîte manuelle ou automatique. Le moteur 4.2 avaient légèrement plus de puissance que dans les séries précédentes grâce à l’injection.
Au début des années 80, et avec l’amélioration de la qualité, Jaguar commençait à retrouver la crédibilité qu’il avait perdue pendant la période British Leyland.

La version XJ12 bénéficia des mêmes modifications stylistiques que la V6. La consommation était toujours aussi catastrophique jusqu’à l’arrivée du modèle HE (High Efficiency) en 1981. Ce modèle pouvait revendiquer 299 chevaux avec une consommation légèrement améliorée. Ce modèle de 12 cylindres survécut un peu à la 6 cylindres en raison de la difficulté d’insertion du V12 dans le compartiment moteur de la XJ40.

Les dernières voitures de série III quittèrent Browns Lane en 1988. Les autos qui leur succédèrent (XJ40 et plus tard X300) portèrent encore le nom d’XJ6 dans les années 90.

XJ Une Daimler série 3 avec son tour de calandre crénelé caractéristique de la marque.

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette