CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > Austin-Healey > L’Austin-Healey Sprite Mk I, Frogeye

L’Austin-Healey Sprite Mk I, Frogeye

Caractéristiques et Guide d’achat

dimanche 22 avril 2007, par C&SC

De loin, la plus connue de la série, la Frog est le symbole des petites Healey.
Elle n’est apparue que 5 ans après la Big Healey.

- 1958 - 1960
- Série AN 5

L’Austin Healey Frog, ou le lien entre une grenouille et une voiture de sport.


Une originalité économique

La Sprite MkI est la plus connue des petites Healey. Connue sous le nom de Frogeye et simplement Frog en France ou Bugeye aux USA, elle doit ce surnom à ses phares exorbités et son allure de grenouille.

Imaginez-la en vert, c’est vraiment une bouille de grenouille

Les phares sont comme posés sur le capot par deux tiges. Cette curieuse disposition était due, en réalité, à un compromis du design dans un but d’économie.

A l’origine, les phares devaient être rétractables et les tiges devaient être rotatives pour escamoter les phares. Cependant ce mécanisme spécifique a été jugé trop cher pour une auto d’entrée de gamme et bon marché. Comme les phares devaient être à une certaine hauteur pour des raisons légales, les tiges ont été conservées et cela aboutit à ces deux bulbes posés sur le capot.
Par accident une icône était née.

Une production de masse

La Frog a été construite de 1958 à 1960. Quelques modèles non assemblés ont cependant été produits début 1961 et expédiés en Australie où les taxes étaient moins élevées pour les voitures importées non montées, en CKD (voir ce mot).

Il y a eu peu de changement au cours de la production de cette auto. Avec presque 49.000 (48.987) exemplaires, elle a été, et de loin l’Austin-Healey la plus produite. Le moteur était l’Austin 948 cm3 de série A qui délivrait 43 cv. Les performances étaient loin d’être exceptionnelles, mais personne ne s’en plaignait parce que cette petite voiture légère était très amusante à conduire.

Simplicité et singularités

En dehors de la spécificité des phares, une autre particularité singularisait la Frog : il n’y avait pas de malle arrière, en tout cas pas d’ouverture pour y accéder. Le compartiment arrière était accessible par une trappe derrière les sièges. Il n’y avait pas non plus de poignées de portes à l’extérieur. Les Frogs étaient de vrais roadsters, avec un pare-brise, une capote et des side-curtains pour la pluie, mais pas de vitres latérales et il était normal de passer la main à l’intérieur pour actionner le loquet d’ouverture de portière.

Une ligne simple et sympathique

Des options rares

Les options étaient naturellement peu nombreuses sur ce modèle bon marché. En fait, même le pare-choc avant était en option. Les autres options courantes étaient le chauffage et le tonneau-cover, mais l’option la plus recherchée était le hard-top d’usine. Il n’y avait pas non plus de tapis, en tous les cas à l’origine. Les planchers étaient couverts d’un matelas de caoutchouc moulé coordonné aux couleurs de l’auto. Cette pièce est excessivement rare et ne se retrouve plus que sur de très rares modèles originaux très bien conservés. Actuellement, quasiment tous ces matelas de caoutchouc ont été remplacés par des tapis plus traditionnels.

Une voiture de sport...

De nombreuses Frogs ont été malmenées lors de courses dans les clubs et ont donc été largement modifiées, pour ne pas dire réparées ou abîmées, parfois plusieurs fois. Ces voitures à l’historique sportif sont à examiner attentivement.

Le remplacement par des moteurs des modèles de Sprites ultérieurs (1098 et 1275 cm3) sont aussi assez fréquents. Ces modifications améliorent les performances, mais n’altèrent pas le caractère de la voiture ni objectivement son authenticité, puisque ces moteurs ne sont, après tout, que des développements du 948 cm3 Austin serie A.

Ces changements de moteur s’accompagnaient souvent de montage de freins à disques qui étaient proposés sur les modèles plus tardifs. Il faut dire que les freins à tambour avaient déjà bien du mal à être efficaces pour les puissances d’origine et se trouvaient franchement dépassés avec des moteurs plus puissants.

Les Frogs totalement originales sont donc très rares, malgré le nombre élevé de voitures produites.

- Les plus : Le modèle le plus sympathique et recherché de Sprite. Design inoubliable. Rapport agrément / dépense imbattable. Une voiture qui fait parler avec des pièces de rechange nombreuses et faciles à trouver. Pour beaucoup LE symbole de tout ce qui fait le petit roadster anglais : amusant à conduire, facile à entretenir et au style distinctif.

- Les moins : Aucun confort et quasiment aucune protection contre les éléments. La malle arrière inaccessible. Un modèle assez exigu, inadapté pour les grands. Attention aux freins à tambour sur les modèles upgradés.

- Au total : Si vous cherchez une voiture amusante, aimable et bon marché qui soit une icône de la grande période de la voiture de sport anglaise ? Vous êtes arrivés.

La Frog et les autres Sprites

- AN5 Mark I ‘Frogeye’

- Après la Frogeye, la Sprite a été co-badgée avec la MG Midget (d’où le terme ’Spridget’). La MG était destinée à un marché un peu plus “chic”.
La calandre en coupe-frites de l’Austin-Healey permet de la différencier de la MG.

- AN6 - AN7 Mark II, 1961 -1964
Sprite MkII

- AN8 Mark III (fenêtres montantes), 1964 - 1966
Sprite MkIII

- AN9 Mark IV, 1966 - 1969
Sprite MkIV

- AN10 Mark V (limité à la Grande-Bretagne)

- Austin Sprite : à la fin de l’accord Austin - Healey, cette auto badgée Austin seulement n’a été construite que de janvier à juillet 1971.


Et pour mieux connaître et profiter de votre Sprite, le lien vers l’Amicale Spridget

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette