CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > MG > Les MG T series

Les MG T series

Caractéristiques et Guide d’achat

mercredi 25 avril 2007, par C&SC

Les MG de série T ont représenté la marque MG pendant plus de 20 ans, avant et après la seconde guerre mondiale.

Leur véritable appellation est MG T Midget, mais le Midget est omis en règle générale.

MG TA Midget
MG TB Midget
MG TC Midget
MG TD Midget
MG TF Midget


MG T-Series

Une MG-TA

L’arrière-plan des séries T

Lors du déclenchement de la seconde guerre mondiale, en 1939, la production de voitures au Morris Garage (MG), à Abingdon avait laissé place à la production de machines de guerre, comme ce fut la cas pour la plupart des autres sites de production mécanique sur tout le territoire anglais.

Un grand nombre de tâches et de métiers était pratiqué sur ces sites, de l’entretien des armes à la construction des avions en passant par la révision des chars. Il n’y avait aucun travail trop humble ou trop important pour les ouvriers de MG.

Lors du retour à la paix en 1945, on pensa de nouveau à faire des voitures, mais les choses avaient changé. C’est un gouvernement socialiste qui était aux commandes, l’industrie britannique avait été ravagée par les bombardements et les rationnements de la guerre avaient touché tous les domaines. Malgré une immense demande de transport individuel sur le marché intérieur, les matières premières étaient en quantités limitées et contrôlées par le gouvernement.

En raison de l’urgence d’obtenir des devises pour aider à la reconstruction, la priorité était donnée à la fourniture de matières premières aux entreprises exportatrices. La formule « Exporter ou mourir » était on ne peut plus justifiée.

Il y avait eu peu de développement technique et peu de recherche dans la construction automobile pendant les années de guerre. Pour la plupart des constructeurs automobiles, il s’agissait de donner simplement un coup de plumeau sur les modèles d’avant-guerre, de les arranger un peu et de les ressortir.
MG ne faisait pas exception, mais il était clair que le temps n’était plus aux berlines de luxe d’avant-guerre. En conséquences, il fut décidé de se concentrer en premier sur la voiture qui avait été la base de la réputation de MG en tant que constructeur de voitures de sport : la Midget.

La MG TA Midget

C’est au printemps 1936 qu’est apparue la MG TA Midget (Midget signifie miniature) lors du remplacement de la MG PB. La TA employait de nombreux composants d’origine Morris et n’eut pas un succès immédiat auprès des fanatiques de la marque MG. Mais les choses évoluèrent rapidement et la voiture élargit la clientèle des voitures de sport qui étaient auparavant considérées comme capricieuses et difficiles à conduire.

Un intérieur typique de voiture d’avant-guerre

Le châssis de la TA était d’une conception MG classique, mais les membrures tubulaires des modèles précédents avaient été remplacées par des sections moins abruptes. Les portions avant des montants latéraux étaient à section carrée pour améliorer la rigidité, ce qui était utile car les supports moteur étaient en caoutchouc. La suspension était à lames à l’avant et à l’arrière, mais les freins étaient hydrauliques pour la première fois sur une MG.

Le moteur avait été modifié aussi. Le simple mais exigeant 1292 cm3 à arbre à cames en tête était remplacé par un quatre cylindres à tiges poussoir. Ce moteur était quasiment celui de la Morris 10, mais le MG avait deux carbus SU et délivrait 50 cv, c’est-à-dire une amélioration substantielle de la puissance. La boite était à quatre vitesses synchronisées, encore une première pour MG.

Ces spécifications mécaniques la rendaient bien plus facile à conduire en restant dans la lignée de ses devancières. Ceci donnait un véritable appel d’air pour le marché des voitures de sport

C’est d’abord la ligne Airline Coupe qui fut proposée, à deux places et à toit rigide amovible.

La ligne coupé Airline, à toit rigide amovible

Cette ligne fut rapidement abandonnée pour le Tickford Coupe.

Le cabriolet Tickford. La capote pouvait adopter trois positions

C’était une décapotable avec une capote repliable à trois positions qui procurait, à peu de chose près, la protection d’une voiture fermée en cas d’intempéries et l’agrément d’une voiture ouverte sinon.

La TA eut beaucoup de succès, y compris en compétition où elle fit plus que tenir sa place. Mais ce moteur n’était pas fait pour les hauts régimes en raison de sa conception et de la faiblesse de sa partie basse. Pour surmonter ces ennuis, l’usine développa des méthodes de modifications et de réglages du moteur et les fournissait aux acheteurs désireux de faire marcher vite leur TA.

La MG TB Midget

A l’été 1939, alors que les nuages de guerre se rassemblaient, MG annonça la TB.

Peu de modifications pour la MB-TB

Il n’y avait pas de modifications notables en termes de carrosserie ou de châssis, mais la TB avait un nouveau moteur quatre cylindres de 1250 cm3 à soupapes en tête. Emprunté à la nouvelle Morris 10 et connu sous la référence XPAG, il avait une base plus solide, un meilleur fonctionnement des soupapes et un meilleur dessin de la culasse. Le tout permettait une puissance de 45 cv.

Le moteur était soutenu par un embrayage à sec et un meilleur échelonnement des vitesses avec une synchronisation améliorée. Ces améliorations rendaient cette petite voiture très prometteuse, mais le déclenchement de la guerre arrêta la production car MG se vit confié des tâches autrement plus importantes.

La MG TC Midget

A la veille de la guerre, MG avait sorti le modèle TB qui allait devenir, avec très peu de modifications, le premier modèle d’après-guerre, la TC Midget.

La MG-TC, dérivait directement de la TB et fut la première MG d’après-guerre

Le châssis était essentiellement le même, mais les supports coulissants de ressort de tourillon avaient été remplacés par des dispositifs d’accrochage en caoutchouc plus conventionnels. MG avait été contraint à ces modifications car les matières premières nécessaires aux montages d’origine étaient indisponibles. Cela simplifia les procédures d’entretien sans modifier la conduite de la voiture.

Le moteur était le XPAG de 1250 cm3 qui avait fait ses preuves. La transmission était à simple disque, quatre vitesses synchronisées de la TB. Les freins hydrauliques de 9 pouces allaient sur des roues fils à écrou central.

La TC n’était proposée qu’en un seul modèle, un cabriolet deux places très comparable à la TB. On retrouvait le pare-brise rabattable, les portes échancrées, les ailes avant et arrières étirées, un réservoir d’essence aplati et une roue de secours fixée au-dessus.
En dépit de son caractère déjà daté aussi bien question style que mécaniquement, la MG TC trouva tout de suite son marché. De nombreuses raisons ont été avancées pour expliquer cela : le manque d’autres voitures ou l’aspect familier des voitures d’avant-guerre, quoi qu’il en soit le succès de la TC prit quelque peu MG par surprise.

Conscient que de ses exportations dépendraient ses fournitures en matières premières, MG s’efforça de vendre à l’étranger et n’y arriva pas mal. A tel point qu’en quatre ans (de 1945 à 49) ce sont 10.000 voitures environ qui ont été construites, dont un grand nombre a été expédié vers les USA où elles déclenchèrent un nouvel enthousiasme pour les voitures de sport et le sport automobile en général.
Il est amusant de noter combien cette voiture, qui devait être un modèle de transition, a pu avoir de succès en générant des chiffres de vente bien au-delà des chiffres d’avant-guerre.

La MG TD Midget

La MG TD a été annoncée en 1949. Ce n’était pas, comme on aurait pu l’attendre, une nouvelle voiture avec un aspect moderne, mais encore une nouvelle Midget du même moule. Mais sous l’enveloppe d’une Midget se cachait un certain nombre de différences.

Des modifications discrètes pour la TD, en particulier des petites roues pleines

La TD avait un tout nouveau châssis qui avait été développé sur celui de la berline Type-Y. C’était un cadre beaucoup plus réactif et rigide que le vieux châssis habituel avec ses rails et traverses de section carrée totalement soudé. A l’inverse des autres Midgets, le châssis était posé sur l’essieu arrière, en conséquences les lames de ressort avaient une cambrure plus forte et étaient reliées à des amortisseurs à bras de levier.

A l’avant, le vieil essieu fixe et les ressorts à lames avaient été abandonnés avec en faveur d’une suspension indépendante avec doubles triangles et ressorts hélicoïdaux. Les triangles supérieurs étaient formés en réalité par les leviers des amortisseurs. Toute la conception de l’avant était commune à la Type-Y et devait rester la base de suspension de nombreuses futures MG.

L’une des différences par rapport aux premiers modèles de Midget qui vit se soulever les fans de la marque était l’adoption de roues de 15 pouces en acier à la place des vieilles roues de 19 pouces à rayons, style roues de vélo. Ces nouvelles roues, il est vrai, semblaient un peu anachroniques dans cette auto au style dépassé, et en particulier à l’arrière où elles avaient du mal à remplir un emplacement un peu trop grand pour elles.

Le moteur et la transmission étaient encore les mêmes que sur la TC, comme le style de carrosserie, mais cette dernière était un peu plus large et les ailes étaient un peu plus enveloppantes. Pour la première fois, une MG était équipée de pare-chocs avant et arrière qui enlevaient un peu de l’aspect « canaille » de l’auto et lui donnait un air plus « civilisé ». Et dans un sens il était vrai que la TD était plus confortable et plus « bourgeoise » que toutes ses devancières.

Un intérieur dans la même veine

Assez naturellement la TD rencontra un marché plus large que la TC, jouant sur un tableau plus familial en gardant un caractère sportif, elle se vendit presque trois fois plus dans le même laps de temps. Et l’essentiel des ventes se faisait toujours à l’étranger, surtout les USA.

Une seconde version de la TD (Mark II) fut faite avec un moteur légèrement plus puissant, un taux de compression plus élevé et de plus gros carburateurs. D’autres améliorations touchaient les suspensions pendant que la banquette unique laissait place à des sièges baquet. En 1952, des roues fils étaient offertes en option.

A peu près à ce moment, les ventes de la TD commencèrent à hésiter, mais le prototype de la remplaçante était déjà dans les tiroirs et prêt à entrer en production. La voiture (nom de code EX175), était basée sur un châssis et une mécanique de TD modifiés, mais avec une jolie carrosserie profilée très à la mode. Ce projet tomba à l’eau parce que le patron de BMC venait de signer un accord pour construire une voiture similaire, c’était l’Austin-Healey 100.

La MG TF Midget

Il fallait faire quelque chose au sujet des ventes flottantes de la TD, mais tout ce qui pouvait être fait à ce moment là était un facelift, d’où la sortie de la MG TF en 1953. Cette voiture était dans la lignée des autres Midgets avec la même ligne générale et une mécanique comparable.

Cette fois-ci les phares étaient intégrés

C’est la carrosserie qui portait l’essentiel des changements, mais gardait le style immanquable et suranné des vieilles MG.
Les changements les plus évidents portaient sur l’avant avec une calandre abaissée. Les ailes avant intégraient maintenant les phares. A l’arrière, il y avait peu de différences par rapport à la TD bien que l’intervalle entre le bas du réservoir et le pare-choc ait été comblé.
En termes de performances, il n’y avait pas plus de différences avec la TD et malgré le facelift, MG ne trompait personne. Les chiffres de vente reflétèrent cette stagnation. En 1955 on savait que la TF était un flop, mais la seule chose possible à ce moment là était de monter la cylindrée moteur à 1466 cm3 et la voiture devint la TF 1500.

La fin des MG T

Cependant la mise à niveau avec le moteur 1500 n’était pas assez pour donner une nouvelle vie à cette voiture. C’était la fin du style traditionnel des Midgets qui avait bien servi la société MG depuis sa sortie en 1929.

Il fallait quelque chose de totalement nouveau en 1955 et c’est la MGA qui allait apporter le renouveau, mais les MG-T ont plus fait pour la réputation de MG, voire même de la Grande-Bretagne de l’après-guerre que la plupart des autres voitures.

La MG-TF fut la dernière MG au style d’avant-guerre, avant la MGA

Les clubs MG

MG a su susciter un grand nombre de clubs très actifs que vous trouverez dans cet article.




Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Les MG T series

    29 décembre 2008 22:44
    trés agréable présentation , mais traductions par endroits trop approximatives !!! ainsi pour la TC ,reservoir galette ??? et roue secours sur malle !!!! ...non ,roue sur reservoir qui est parallepipédique !!! cordialement , sp

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette