CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > BMW > BMW 507

BMW 507

Caractéristiques et Guide d’achat

jeudi 7 juin 2007, par C&SC

Le premier échec commercial de BMW.

- Production 1956–1959
- Roadster 2 portes
- Moteur 3168 cc V8, 16 soupapes
- Boite manuelle à 4 vitesses,

- Dessin : Albrecht von Goertz


La BMW 507

La 507 était un roadster produit par BMW de 1956 à 1959. Pour beaucoup d’observateurs c’est une des plus belles voitures jamais construites.

Une formidable ligne agressive

Alors que BMW est actuellement une marque triomphante, symbole de la réussite sociale, on a du mal à croire que cette firme a connu des jours difficiles et encore plus des échecs.
Les mauvais jours ont été ceux des deux après-guerre en raison des restrictions industrielles, des détériorations directes des équipements et des dommages de guerre payés aux vainqueurs par l’Allemagne. Il y a eu aussi quelques échecs et la 507 a été le premier. La voiture n’en constitue pas moins une icône soulignée par sa rareté.

Au début des années 50, BMW relevait la tête, mais il lui manquait un modèle "locomotive" pour assurer sonprestige et son succès, en particulier aux USA, marché essentiel, comme tous les autres constructeurs européens (Jaguar, Mercedes, MG... ou plus tard Alfa Romeo et Triumph...)

Développement

La 507 était l’enfant de Max Hoffman (voir sa biographie), l’importateur de voitures européennes aux USA. C’est lui qui, en 1954, décida la direction de BMW de faire une version découvrable de la berline 502 pour concurrencer les voitures de sport Jaguar et Mercedes-Benz, en particulier sur le marché américain.

Max Hoffman, américain d’origine autrichienne, célèbre, prospère et écouté importateur de voitures européennes demanda à BMW de concevoir un roadster pour un V8 apte à combler les lacunes des MG et Triumph. La direction de BMW, était particulièrement sensible à cette demande, d’autant que le dévoilement de la Mercedes 300 SL Papillon (elle aussi , commandée par Hoffman…) y avait créé une véritable panique. Hoffman poussa à ce que Albrecht von Goertz, déjà créateur de la 503, soit choisi comme architecte de cette nouvelle voiture plutôt que Ernst Loof dont il ne trouvait pas les croquis satisfaisants. Von Goertz signa avec BMW en novembre 54 et Fritz Friedler eut la charge de la conception mécanique avec un cahier des charges orienté sur l’utilisation au maximum de l’existant.

La 507 fut présentée au salon automobile de Francfort en septembre 1955. La production commença en novembre 56. Les intentions de Hoffman était de vendre la 507 aux environs de $5000 pour permettre d’écouler 5000 unités par an. Au lieu de cela, les coûts de production se révélèrent bien plus coûteux que prévu amenant le prix de vente à $9000, et même $10.000.

Destinée à relancer l’image sportive de BMW, la 507 conduisit presque la firme à la faillite (les pertes pour 1959 s’élevaient à 15 millions de Deutsch Marks). BMW perdait de l’argent sur chaque exemplaire et la production s’arrêta début 1959.

La production totale ne s’éleva qu’à 252 voitures, et deux prototypes. Heureusement pour la survie de la société, Herbert Quandt injecta des fonds, d’une part, et le lancement de nouveaux modèles moins chers (la 700, l’Isetta et finalement la classe 1500), d’autre part, sortirent BMW du rouge.

La 507 reste un jalon par son style flamboyant qui attira quelques acheteurs célèbres. Elvis Presley (probablement le plus connu des clients) en acheta une blanche en 1959 pour $3500 (une fortune) pendant son service militaire en Allemagne. Il la rapporta aux USA et, en 1963, finit par en faire cadeau à une de ses partenaires, Ursula Andress. Elle garda la voiture pendant plus de 30 ans et la vendit en 1997. Les enchères montèrent à $350.000, établissant le prix record pour une 507. John Surtees le coureur automobile, est un autre propriétaire célèbre. Il possède toujours l’exemplaire qui lui avait été offert par le constructeur moto MV Agusta.

On pense que 80% des 507 ont survécu, hommage au caractère spécial de cette voiture. Les modèles en bonne condition ou restaurés atteignent couramment de $275.000 à $300.000 dans les ventes.

Le style de la 507 a, à l’évidence, énormément influencé le dessin de la Z3 actuelle et de ses suivantes.

La conception

La 507 utilisait le châssis de la 503, raccourci de 35 cm (2,835 à 2,479 m). La longueur totale était de 4,835 m pour une hauteur de 1,257 m. Le poids à vide était de 1.485 kg. La coque était façonnée à la main en aluminium ce qui fait qu’aucun modèle n’était strictement identique aux autres. Les suspensions avant comportaient des doubles triangles avec barre de torsion et barre anti-roulis. A l’arrière un essieu rigide et des barres de torsion. Le freinage reposait sur des tambours de 284,5 mm de diamètre avec l’assistance en option. Sur les derniers modèles il y avait des disques à l’avant.



Un air de modernité technique et stylistique

Le moteur était le bloc en aluminium BMW V8 incliné à 90° de 3.2 litres à soupapes en tête, alimenté par deux carburateurs Solex. Il délivrait de 150 à 195 cv DIN selon les taux de compression et était commandé par une boite manuelle 4 vitesses. Grâce à sa légèreté et à sa forte motorisation, les performances étaient bonnes avec le 0-100 km/h en 11,5 secondes, une vitesse de pointe de 200 à 225 km/h (selon les configurations) pour une consommation de 17 litres aux 100 kilomètres.
Le couple du moteur 8 cylindres souple et puissant et la boite de vitesse précise et au maniement facile n’étaient pas si courants à cette époque de boites rétives ou de moteurs poussifs. Ces qualités mécaniques de souplesse et de facilité d’utilisation font que la 507 a encore parfaitement sa place dans la circulation. Et croyez moi, vous feriez certainement tourner des têtes !

L’intérieur

L’aménagement intérieur avait été pensé pour les acheteurs potentiels : à l’américaine et très différent de ce qu’on voyait habituellement dans les productions allemandes. L’espace ne manquait pas, les cuirs recouvraient les sièges et les portes, en face d’une planche de bord complète et derrière un pare-brise panoramique.

C’est la ligne due au styliste Albrecht Goertz, et la carrosserie en aluminium sur le châssis en acier de la 507 qui faisaient son caractère exceptionnel. La ligne était agressive et fluide, donnant l’impression de mouvement même à l’arrêt. Une vraie gueule de requin, impression accentuée par des ouies latérales inclinées.

Autopsie d’un échec

Malgré ses atouts esthétiques remarquables et ses réelles qualités mécaniques ce fut un échec. Les raisons furent d’abord un prix presque deux fois supérieur à celui de ses concurrentes locales. Elle n’a été produite qu’à 254 exemplaires de 1956 à 1959 (252 + 2 prototypes).

Une des seules réminiscences de cette réussite esthétique reste la ligne générale et les ouies latérales qu’on retrouve sur les Z3 et Z8 modernes.

La 507 est une voiture vraiment exceptionnelle. C’est une des plus belles réussites esthétiques et mécaniques de l’industrie automobile et un des plus retentissant echecs.

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article

1 Message

  • BMW 507

    3 septembre 2009 00:12, par edouard

    Beaucoup d’articles intéressant sur ce site ! dommage qu’il n’y ai pas la possibilité de les télécharger en pdf, ça serait un grand plus.

    Le premier échec commercial de BMW. Production 1956–1959 Roadster 2 portes Moteur 3168 cc V8, 16 soupapes Boite manuelle à 4 vitesses, Dessin : Albrecht von Goertz La BMW 507 La 507 était un roadster produit par BMW de 1956 à 1959. Pour beaucoup d’observateurs c’est une des plus belles voitures jamais construites. Une formidable ligne agressive Alors que BMW est actuellement une marque triomphante, symbole de la réussite sociale, on a du mal à croire que cette firme a connu des jours (...)

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette