CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 9. Les marques... > BMW > Histoire de BMW

Histoire de BMW

dimanche 10 juin 2007, par C&SC

Comment un constructeur d’avions est devenu l’une des premières marques automobiles du monde en passant par la moto.

Historique BMW

BMW (Bayerische Motoren Werke AG, ou Manufacture Bavaroise de Moteurs) a été fondée en 1916 (ou 1917 selon les sources) par la fusion d’un fabricant de moteurs et d’un constructeur d’avions. Les statuts définitifs datent en tous cas du 13 août 1919.

L’aéronautique

Logiquement, la nouvelle compagnie a débuté en construisant des moteurs d’avion Le logo, un disque partagé en quatre carrés, représente d’ailleurs une hélice d’avion en mouvement avec les couleurs bleu et blanc alternées de la Bavière. Après la défaite de l’Allemagne lors de la première guerre mondiale, BMW eut l’interdiction de construire des avions ou leurs moteurs et dut se reconvertir.

En 1919 c’est tout de même un moteur BMW qui participa à un record d’altitude à près de 10.000m.
La construction aéronautique reprit officiellement en 1930 et c’est une autre histoire ; signalons seulement que c’est un moteur BMW qui équipait le Fock-Wulfe 190 et que c’est BMW qui a fabriqué le turboréacteur qui a équipé le Messerschmitt 262, premier avion à réaction au monde.

La diversification

Dès 1919 il fallut se tourner vers la construction de moteurs de camions, de voitures et de motos avec déjà un bicylindre à plat.

La moto BMW était devenue essentiellement un constructeur de motos. En 1938, 100.000 motos avaient été construites et BMW obtient un record de
vitesse en 1939 à 279,5 km/h. Ce sont des motos BMW qui équipaient l’armée allemande en 1940.

L’automobile

En 1928, BMW est suffisamment prospère pour racheter Dixi, un petit constructeur automobile afin d’assembler la toute petite Austin Seven sous contrat. Cette première voiture BMW s’appelait la 3/15, elle gagna la Coupe des Alpes en 1929. Cette voiture eut un succès commercial notable, en partie parce qu’elle était typiquement une voiture de temps de crise économique, c’était aussi la première à pouvoir être payée à temérament.
En 1933 la 303, la première BMW, était équipée d’un 6 cylindres de 1,2 litres. A partir de là c’est la série des « 300 » qui est produite (309, 315, 319…). La raison du choix du « 3 » comme initiale est inconnue, les deux derniers chiffres illustraient la cylindrée. En 1936 c’est la berline 326 et sa version découvrable 329 qui sont commercialisées.

La 328
La 328 a été la première voiture emblématique de la marque, par ses succès en courses aussi bien que par son style et ses qualités mécaniques.

La 328

En 1937 apparurent la 320 et la 327. La production de nouveaux modèles et les succès sportifs continuèrent en 1938.

La guerre de 40 et la deuxième reconversion
En 1939, toute la production fut autoritairement tournée vers l’effort de guerre faisant chuter la production générale.

BMW participa activement à l’effort de guerre allemand par ses productions, motos et moteurs d’avions en particulier. Les usines ont été bombardées une dizaine de fois.

Lors de la défaite, les usines furent vandalisées ou récupérées par les alliés, voire démontées et exportées vers les USA et surtout la technologie (projets et plans) fut récupérée à titre de dommages de guerre aussi bien par les soviétiques que par les britanniques (Bristol). Certaines usines se retrouvèrent en République Démocratique Allemande produisant des voitures au logo blanc et rouge.

Le redémarrage des usines s’orienta vers la production de vélos et d’électroménager, puis de motos dès 1948 et l’automobile ne réapparut qu’en 1951 (la série des « 500 ») avec un net handicap par rapport au concurrent Mercedes, d’autant que la 501, première production automobile d’après-guerre, a souffert d’une politique commerciale et de prix désasteuse.

Les mauvais jours
La société se cherchait. La production était essentiellement orientée vers les modèles puissants et l’immédiat après-guerre ne se prêtait pas à l’achat de voitures chères, l’exemple de la 501 l’avait déjà montré.

La 507 et l’Isetta
En 1955, la 507, décapotable exceptionnelle de 8 cylindres, dérivée de la berline 503, menaça la survie de la société. Ni l’une ni l’autre n’eurent de succès malgré leurs grandes qualités parce que produites à pertes et vendues trop chères. Elles conduisirent la société au bord du gouffre. Heureusement dans le même temps, BMW construisait sous licence la minuscule Isetta de 250 puis 300 cm3 qui permet de donner un peu d’air. En 1957 la 600, un autre petit modèle, vint renforcer cette gamme, suivie en 1959 par la 700.

La faillite ou presque
Décembre 59, c’est la quasi faillite liée à des mauvais choix industriels et commerciaux. La production s’est écartelée entre des modèles haut de gamme trop chers et un bas de gamme pas assez rentable. BMW est au bord de la disparition ou d’un rapprochement avec Mercedes imposé par les banques.

Un apport de capitaux, une restructuration sévère, une reprise en main avec refondation de la gamme, tout cela sous la direction de Herbert Quandt permirent le sauvetage de la marque et sa renaissance.

La nouvelle gamme
C’est la 1500 qui relança BMW au salon de Francfort en 1961. Commercialisée en 1962, la gamme 1500, 1800 et 2000 va recentrer la production sur un segment négligé jusque-là par BMW. Pour une fois la qualité ne se fait pas au hors de prix, la demande augmente et des arbitrages sont nécessaires afin de libérer des capacités de production pour ces nouveaux modèles.

BMW ré approche le sport avec la 1800TISA en 1964 et 65 à les 24 heures de Spa-Francorchamps.

La 2002
C’est avec la 1600-2 (bientôt 1602), berline à deux portes que le grand succès va revenir. Le modèle 2000 remporte lui aussi la course de Spa avec Jacky Ickx au volant
En janvier 1968, le moteur de la 200, délivrant 100 cv, est monté sur la caisse renforcée de 1602, la 2002 (type E10) est née. Fin 68, l’adjonction d’un carburateur double corps donne 20 cv de plus au moteur et donne naissance à la 2002ti.

Sur le plan des berlines, les 2500, 2800 et le coupé 2800CS commencent à être reconnues comme les références du haut de gamme en Europe d’autant que la marque continue à s’illustrer en sport.

Et la 2002tii à injection vient en 1971, avec son moteur de 130 cv, compléter une série qui se finira en 1973 avec la 2002 Turbo de 170 cv et la 1502 en 74.

Les années 70
C’est à cette période qu’est inauguré le concept des séries avec la 520, premier modèle de la série 5. Le succès est là, y compris à l’exportation (les USA est le premier marché) il va être freiné par la guerre du Kippour et la cris pétrolière qu’elle va engendrer.
Mais la série 3 sort et en 1976 les coupés 630CS et 633CS.

La série 7 sort en 1977. Son but était de concurrencer les marques de luxe pendant que, sur le plan sportif c’est la M1 qui doit aller titiller les GT italiennes en particulier.
Le premier succès en Grand-Prix est survenu en 1982 et le premier titre de champion du monde l’année d’après avec Nelson Piquet au volant d’une Brabham.

La gloire
A partir des années 80, BMW devient l’archétype de la berline de luxe reflet de la solidité et de la fiabilité allemandes, comme son concurrent de toujours, Mercedes.

En 1996, BMW se lance dans le cinéma et prend la relève d’Aston Martin en devenant, avec la Z3, la voiture de James Bond. Ce superbe roadster, héritier direct de la 507 des années 50 est cependant plus beau que performant.

La santé éclatante de la société lui permet de reprendre la vacillante Rover en 1994 qui se remit un peu avec la Rover 75. En 2000 BMW se débarrasse de la marque Rover pour 10 livres sterling et revend Land Rover et Range Rover à Ford.
Mini reste dans le panier de BMW et va voir le lancement de la new Mini avec ses versions One ou Cooper et Cooper S. Le concept reste celui de la towncar, mais plus civilisée avec un moteur BMW et des options au prix BMW.

La politique de rachat va voir son apogée en 1998 avec la guerre entreprise avec Volkswagen pour le rachat de Rolls Royce et sa filiale Bentley. C’est BMW qui débourse 40 millions de Livres Sterling et emporte le marché pour le seul nom de marque alors que les usines restent à Volkswagen.

A noter
La McLaren F1, le supercar par excellence, capable de rouler à plus de 370 km/h, est motorisée par BMW.

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article

1 Message

  • Histoire de BMW

    3 septembre 2009 01:05, par edouard

    Beaucoup d’articles intéressant sur ce site ! dommage qu’il n’y ai pas la possibilité de les télécharger en pdf, ça serait un grand plus.

    Merci de m’envoyer tout les articles qui parle de bmw ...

    Répondre à ce message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette