CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 10. Les grands noms de l’automobile > Charles Rolls & Henry Royce - Biographie

Charles Rolls & Henry Royce - Biographie

jeudi 4 octobre 2007, par C&SC

Frederick Henry Royce (1863 – 1933)

Charles Stewart Rolls (1877 - 1910)

Les noms de Rolls et Royce sont encore plus inséparables que ceux de Mercedes et Benz ou qu’Aston et Martin.

Si on dit « une Rolls », c’est bien Henry Royce qui a créé la voiture et non son associé qui n’a fourni « que » l’argent.

Une belle histoire où le fils du meunier s’associe avec l’aristocrate pour fonder la compagnie qui construisait les meilleures voitures du monde.

Leur partenariat qui a donné lieu à la naissance d’une société automobile mythique ne dura en réalité pourtant que six ans.


Frederick Henry Royce

Le vrai créateur c’est Royce.

C’est donc de Royce qu’on parlera en premier. Henry Royce était un pionnier de l’automobile

FH Royce


Le Baronet Sir Frederick Henry Royce (27 mars 1863 – 22 avril 1933) était le plus jeune d’une famille de cinq enfants.
Son père était meunier, mais ses affaires périclitèrent et la famille déménagea vers Londres.
Son père mourut alors qu’il n’avait que 9 ans et le jeune Royce dut vendre des journaux et porter des télégrammes pour vivre et aider à la subsistance de la famille. Il n’était allé à l’école qu’une seule année.
A 15 ans, il est entré en apprentissage à la Great Northern Railway avec l’aide financière d’une tante. Il y resta trois ans et dut travailler pour une compagnie d’outillage, puis à la compagnie d’électricité (Electric Light and Power Company). En 1882, il intégra leur bureau de Liverpool pour s’occuper des éclairages publics et de théâtre.
Deux ans plus tard, il plaça 20 livres sterling avec Ernest Claremont (qui lui en mit 50) dans une entreprise de matériel électrique domestique, la F H Royce and Company. De 1894 à 1899, la compagnie prospéra et évolua vers la production de dynamos et de grues électriques pour devenir la Royce Ltd à Manchester.

Le début de l’automobile

Sa fascination pour tout ce qui touchait à la mécanique l’amena inévitablement à s’intéresser à l’automobile et il acheta une petite De Dion en 1901, puis une bicylindre Decauville en 1902 ou 1903.

Aucune de ces voitures ne répondaient à ses propres critères de qualité et il commença à les améliorer avant de décider de fabriquer sa propre voiture, ce qu’il fit dans un coin de ses ateliers en 1904.
Il fit deux autres voitures. De ces trois voitures bicylindre, l’une a été donnée à Ernest Claremont et l’autre a été vendue à l’un des directeurs de la société, Henry Edmunds.

La rencontre Rolls-Royce
Edmunds était l’un des amis de Charles Rolls, propriétaire d’un salle d’exposition pour voitures d’importation à Londres. Il lui fit voir sa voiture et arrangea la rencontre historique entre Rolls et Royce au Midland Hotel à Manchester.

Charles Rolls, d’abord réticent concernant cette rencontre, a ensuite été impressionné par le niveau de qualité (sur le plan mécanique, esthétique et luxe) obtenu par ces voitures et s’engagea à prendre toutes les voitures que Royce pourrait produire à condition qu’elles aient quatre cylindres et qu’elles soient vendues sous le nom de Rolls-Royce.

La première de ces voitures sortit d’atelier en décembre 1904 et en 1906 les deux hommes fondèrent la Rolls-Royce Ltd . C’est au salon de Paris, alors centre mondial de l’automobile, que la première Rolls-Royce a été présentée au monde.
En raison de leur excellence, ces voitures eurent rapidement un grand succès parmi les gens de la haute société britannique auxquels elles étaient destinées.


Une des plus anciennes Rolls-Royce connues, un modèle de 1905


La société Royce & Company poursuivit ses activités de construction de grues de manière indépendante jusqu’en 1932 avant d’être rachetée par Herbert Morris. La dernière grue fabriquée par Royce a été construite en 1964.

Henry Royce a toujours énormément travaillé et était renommé pour ne pas prendre le temps de s’alimenter correctement ce qui n’a pas amélioré sa santé ; il a eu une première alerte de santé en 1902, puis une autre en 1911.
Il avait fait construire une maison au Canadel, dans le sud de la France et deux successives dans le Sussex en Angleterre et sa santé continuait à se détériorer. Il a subi une grave opération en 1912, à une époque où la chirurgie était bien moins sûre que maintenant, on ne lui donnait alors que quelques mois à vivre.

Malgré cela, il revint à l’usine, mais il avait l’interdiction d’entrer dans les ateliers. Cette usine n’était plus celle des débuts, elle avait déménagé sur un terrain plus grand et avait été construite selon des plans établis ou revus pas Royce lui-même en 1908.
Il insistait pour contrôler tous les nouveaux projets et dessins, les ingénieurs et dessinateurs devaient aller lui présenter leurs plans. L’épreuve était redoutée car tous connaissaient son perfectionnisme. Mais il ne faisait pas que contrôler le travail des autres, il continuait à dessiner, en particulier des moteurs d’avion, une nouvelle activité de la société. C’est cette dernière activité aéronautique, en plus des autres lui valut le titre de Baronet le 26 juin 1930 .

Henry Royce s’était marié en 1893, après ses déboires de santé les deux époux se séparèrent. Il vécut à partir de ce jour là sous la surveillance d’une infirmière, Ethel Aubin.
Perfectionniste et drogué du travail, il mourut à 70 ans.

En 1962, une plaque commémorative à sa mémoire a été dévoilée à l’Abbaye de Westminster. c’était la seule et unique fois qu’un ingénieur avait ce privilège.


Charles Rolls

Presque le premier en tout


Charles S. Rolls


L’Honorable Charles Stewart Rolls (27 août 1877 – 12 juillet 1910) était le cofondateur de Rolls-Royce. C’était un grand homme au propre (plus de 1,90 m) et au figuré.

Il était né à Londres (Berkeley Square) dans le très chic quartier de Mayfair, mais gardait surtout des liens très fort avec les terres familiales de Hendre, près de Monmouth au Pays de Galles. Fils du Baron Llangattock, il avait été élevé dans les très sélects écoles d’Eton et au Trinity College à Cambridge dont il sortit avec un diplôme d’ingénieur en mécanique. Il s’était intéressé aux moteurs depuis sa prime jeunesse.
Sa première voiture, il l’avait eue à 18 ans, c’était alors l’une des trois premières de tout le Pays de Galles. Et il a été le premier à s’en servir pour aller à ses cours à Cambridge.

Il ouvrit l’une des premières « concessions » automobiles de Grande-Bretagne en important et vendant des voitures de luxe de fabrication française. Il était cependant assez peu satisfait du niveau de qualité atteint par ces autos.


La Voiture la plus chère du Monde : Une Silver Ghost de 1907 : $75 millions


Il forma un équipe avec Frederick Henry Royce pour fonder la société et l’usine Rolls-Royce en 1906, Royce fournissant les connaissances techniques et Rolls l’assise financière, le sens commercial et les relations parmi la gentry capable d’acheter ces voitures.
Dès 1907, les Rolls-Royce gagnaient des récompenses pour leur fiabilité.

Rolls était aussi un pionnier de l’aviation, membre fondateur du Royal Aero Club en 1903, il avait été le deuxième britannique à avoir une licence de pilote. En 1903, il gagna même la Coupe Gordon Bennett pour le vol le plus long.
Après avoir effectué le premier vol aller-retour au dessus de la Manche, il se tua lors d’un meeting aérien, le 12 juillet 1910 étant là aussi le premier britannique à se tuer en avion.

Sa tombe est à Llangattock Vibon Avel, Monmouthshire, au milieu de ses ancêtres.

La compagnie lui survécut. Pendant la guerre de 14, Rolls-Royce se focalisa sur la construction de moteurs d’avions qui allait devenir son activité dominante.

Après la guerre, Rolls-Royce recommença à construire des châssis de voitures que d’autres compagnies carrossaient. Les Silver Ghost et Silver Phantoms valurent à la compagnie les titres officieux de « meilleures voitures du monde ».

En 1931, Rolls-Royce reprit les actifs de Bentley qui était en faillite. Sir Henry Royce était presque à la fin de son règne, mais aussi en mauvaise santé qu’il ait pu être, il continuait à superviser tous les éléments mécaniques qui entraient dans dans les voitures siglées Rolls-Royce.




Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

15 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette