CLASSIC AND SPORT CARS

Accueil du site > 10. Les grands noms de l’automobile > Enzo Ferrari - Biographie

Enzo Ferrari - Biographie

dimanche 4 novembre 2007, par C&SC

Enzo Ferrari
1898 - 1988

L’histoire officielle d’Enzo Ferrari a commencé le 20 février 1898, mais il est né deux jours plus tôt. Une tempête de neige a retardé la déclaration de deux jours.

Sont-ce ces deux jours de retard qui l’ont poussé à développer la plus impressionnante écurie de course automobile ?


Enzo Anselmo Ferrari (18/02/1898 – 14/8/1988), ancien pilote et directeur d’écurie de course, puis fondateur de la société qui porte son nom.

Né à Modène, Enzo Ferrari s’est pratiquement formé seul.
Assez mauvais élève, il préfère rédiger des comptes-rendus sportifs pour la Gazzetta dello Sport dès l’âge de 16 ans. Son éducation a été peu académique mais, quasiment né avec l’automobile (la première voiture date de 1873 – Amédée Bollée – et la première voiture à moteur à explosion de 1884 – Delamare de Boutteville), il se passionne immédiatement pour ces engins et la course.
Cette passion est d’autant plus explicable que la famille Ferrari était suffisamment aisée pour posséder l’une des premières autos de la région. Enzo assista à sa première course automobile le 6 septembre 1908.

Pendant la Première Guerre Mondiale, il a servi dans l’armée italienne comme muletier (ou maréchal-ferrant selon certaines sources). Son père mourut au cours d’une épidémie de mauvaise grippe en 1916 et il fut malade lui-même, y gagnant le renvoi dans ses foyers. A son retour à la vie civile, il trouva l’entreprise familiale de matériel de chemin de fer démantelée.
N’ayant plus de travail ni perspectives précises, il chercha à se faire embaucher chez FIAT et finit par trouver un poste chez un petit constructeur automobile du nom de Costruzioni Meccaniche Nazionali (CMN) qui convertissait des châssis de camions (Lancia) en véhicules de passagers, à l’époque les châssis étaient identiques. Ce travail lui permit de faire la connaissance du milieu des pilotes et des courses automobiles. Dès 1919, il commença à courir sur des voitures CMN avec assez peu de succès.

Il quitta CMN en 1920 pour entrer comme pilote chez Alfa Romeo et eut plus de succès avec les voitures de la marque lors de courses locales. En 1923, à Ravenne, il se vit offrir l’écusson de Francesco Baracca, un as de la chasse italienne de la Première Guerre Mondiale, un cheval cabré. Cet emblème, qu’il apposait sur ses voitures de course personnelles, n’a été réellement utilisé sur une Ferrari qu’en 1932.

En 1924, il gagna la Coupe Acerba à Pescara et Alfa lui offrit la possibilité de s’aligner dans des courses de plus grande importance, il fut alors remarqué par Mussolini et gagna le titre de Cavaliere. En fait il mit presque complètement sa carrière de coureur entre parenthèses, mais s’occupa des voitures de la marque au sein de Alfa Corse.
En 1929, il avait monté une écurie de course de presque 40 coureurs dont Giuseppe Campari et Tazio Nuvolari, la Scuderia Ferrari qui lui permettait de courir et faire courir des Alfa Romeo sans que la marque soit présente en titre.
Pilote un peu au-dessus de la moyenne, Enzo Ferrari était surtout un chef d’équipe et un organisateur qui a toujours su s’entourer de gens brillants et dévoués. Son appellation de Commendatore date de cette époque.
Enzo courut jusqu’à la naissance de son premier fils Alfredo plus connu sous le nom de Dino en 1932, cette naissance mit fin à sa carrière de coureur.

Dino

Dino (mort en 1956) influença la conception de la « Dino » qui mettait en œuvre un six cylindres qu’il avait dessiné. Après sa mort, Enzo Ferrari porta des lunettes de soleil en permanence, en souvenir et pour honorer son fils. Il allait tous les jours au cimetière et cessa donc d’assister aux courses dès cet instant.

L’avant-guerre

Le support d’Alfa Romeo cessa en 1933 pour des raisons financières. Grâce au soutien de Pirelli, l’écurie put garder quelques voitures mais les succès en courses furent peu nombreux ; l’époque serait bientôt à la domination de Mercedes et d’Auto-Union. Et surtout, à cette même époque, arrivait dans la course un concurrent sérieux : Ettore Bugatti.

En 1937, Alfa revint à la course en créant « Alfa Corse » et reprit l’écurie en mains rabaissant Enzo au poste de directeur sportif. Enzo Ferrari quitta le bateau peu après, mais une clause de son contrat l’empêchait de toute activité directe dans la course automobile pendant 4 ans.
Il monta la société Auto-Avio Costruzioni qui fournissait des pièces pour les autres équipes et écuries. Cependant en 1940, sa compagnie fabriqua deux voitures pour les Mille Miglia, dont une conduite par Alberto Ascari.

Pendant la seconde guerre mondiale, sa compagnie fut impliquée dans l’effort de guerre italien, comme toutes les autres sociétés de mécanique. Elle dut se délocaliser à Maranello après des bombardements sur Modène.
La Ferrari S.p. A. ne vit le jour qu’en 1945, un peu pour camoufler ses activités profascistes.
La première voiture de production siglée Ferrari et portant le Cavallino Rampante, la 125S ne sortit qu’en 1947.
Les premières victoires en course arrivèrent à Rome le 25 mai 1947 et au Lac de Garde en 1948. En 1950, le Championnat de Formule 1 commença et Ferrari y participa dès le début avec une première victoire au Grand Prix de Grande-Bretagne et 1951 et un premier titre en 1952-1953.
La compagnie vendait aussi des voitures de production pour financer les efforts de compétition. Car la course ne se limitait pas aux Grand Prix. C’est dans des courses d’endurance sur routes ouvertes (comme les Mille Miglia) ou sur circuit (Le Mans) que la Compagnie Ferrari vit ses plus grands succès. Le Mans, en particulier vit 14 victoires de Ferrari dont six d’affilée à une époque où les pilotes couraient dans les deux spécialités (Juan-Manuel Fangio, Mike Hawthorn, Phil Hill ou John Surtees).

Dans les années 60, le fléchissement de la demande en voitures de sport chères et des erreurs de prévision financière forcèrent Enzo Ferrari à céder une part de sa compagnie à FIAT. Dans un premier temps, Enzo avait entamé des négociations avec Ford pour une cession à un prix de 18 millions de Dollars, mais il se retira de ces négociations alors déjà bien avancées.
Cet épisode, poussa d’ailleurs Henry Ford à développer sérieusement un programme de course en Europe qui aboutit à la Ford GT 40 et à ses succès au Mans. La compagnie Ferrari, devint alors partiellement une propriété de FIAT, un peu en 1965, 50% en 1969 et jusqu’à 90% en 1988.

Enzo Ferrari resta directeur sportif de la Scuderia jusqu’en 1971 et, bien que restreignant son activité, son influence resta sensible sur la société jusqu’à sa mort.

L’apport de FIAT ne se fit pas sentir avant le milieu des années 70. Niki Lauda permit à la Scuderia de gagner son premier championnat depuis longtemps en 1975, l’habileté du pilote et la qualité du moteur avaient permis de compenser des déficiences du châssis et de l’aérodynamique. Après ce titre et de bons succès de Jody Scheckter en 1979, la Scuderia retomba dans l’anonymat jusqu’en 1982. Cette année là, la 126C2 apparut comme une excellente voiture servie par de très bons pilotes, elle glana des résultats prometteurs au début de la saison de F1.

Mais la saison 82 a été marquée par deux drames. Gilles Villeneuve s’est tué en mai et son coéquipier Didier Pironi, alors leader du championnat de F1, a eu un très grave accident qui mit fin à sa carrière à Hockenheim au mois d’août.
L’équipe ne gagna plus le championnat du vivant d’Enzo Ferrari.

Enzo Ferrari est mort à Modène le 14 août 1988, à l’âge de 90 ans alors que commençait l’ère de domination McLaren - Honda. Cette année là, la seule course qui échappa à McLaren a été le Grand-Prix d’Italie, quelques semaines après la mort d’Enzo.

Peu avant sa mort, on avait appris que Piero Lardi, le Directeur Administratif de la Scuderia était son fils naturel. C’est lui qui prendra sa suite, Enzo lui avait réservé des parts de la société.

Enzo ne vit pas la série de victoires de Michael Schumacher entre 1996 et 2006, mais il eut le temps de voir le lancement d’une des plus fabuleuses voitures de route de l’ère moderne, la Ferrari F40. En 2003, fut lancée la première Ferrari à son nom, la Ferrari Enzo.

Conformément à ses instructions, sa mort ne fut annoncée que deux jours plus tard, rattrapant ainsi les deux jours qui lui avaient été « volés » lors de sa naissance.

Pour nous joindre

Cliquez pour aller vers le plan

17 rue des Rochettes
ZI des rochettes
91150 Morigny Champigny

- Tél : 01-60-80-33-59
- Fax : 01-60-80-33-58

info@classic-sport-cars.net

Pour demander un renseignement technique, contacter l’atelier : cv@classic-sport-cars.net
- Claude : 06-33-04-80-47

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette